Sécurité des denrées alimentaires : l’OCC se met au diapason du COMESA

Clôturée le 13 août dernier, une formation d’échanges et recadrage débutée le 5 du même mois, avait réuni en nombre, des personnalités et représentants Etatiques, notamment les ministères Rd congolais de l’Industrie, du Commerce et des PME, les agents de l’Office Congolais de Contrôle, des chercheurs ainsi que plusieurs opérateurs économiques.

Au cœur de cet atelier organisé par le COMESA, une sensibilisation autour de la nouvelle norme loi « ISO 22 000: 2018 », en vue de conscientiser les participants à ce forum, des avantages qu’offre la nouvelle loi en terme du système managérial lié à la sécurité des denrées alimentaires au pays de Lumumba. 

Par ailleurs, cet atelier de formation avait aussi pour objectif, de renforcer les capacités des 21 pays membres du Marché Commun de l’Afrique Orientale et Australe, dont la RDC ne fait pas exception, afin de booster le libre-échange prôné par plus d’un Chef d’Etat pour l’essor de l’économie africaine. 

Cependant, face aux menaces actuelles dans le secteur alimentaire, la loi « ISO 220.000: 2018 » s’avère une mesure salutaire pour remédier à l’importation et ipso facto, à la consommation des aliments périmés en RDC. Parmi les acteurs clés de l’application de la loi remplaçant celle de 2015 jugée obsolète, l’Office Congolais de Contrôle est plus qu’un personnage phare dans cette guerre contre les fraudes alimentaires. 

Au sortir de cette formation, l’OCC semble plus à même de veiller scrupuleusement à l’hygiène alimentaire de tout produit extra-congolais afin de limiter les risques des maladies dues aux aliments périmés. 


Jonathan SIVA

Une pensée sur “Sécurité des denrées alimentaires : l’OCC se met au diapason du COMESA

  • 17 août 2019 à 18:15
    Permalink

    Bjr, l’occ fait le contrôle des qualités et des conformités des denrées alimentaires à l’importation. Je signal qu’il y a un service de quarantaine animal et végétales (SQAV) qui s’occupe de contrôle des denrées alimentaires au poste frontalier.Donc,il serai mieux de l’associé dans cet démarche

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *