Pollution sonore : une racine de Kin-Bopeto jetée dans les oubliettes ?

C’est parmi les premières mesures prises par ce Gouvernement provincial composé de 9 ministres et installé en début Juin 2019. Il s’agit bien de la restriction des activités des débits de boissons de 18 heures à 23 heures du lundi au vendredi, le samedi jusqu’à minuit et dimanche de 11 heures à minuit sur toute l’étendue de la Province de Kinshasa.

Bien que sujet à controverses, la décision du Ministre provincial de l’environnement, tourisme et aménagement du territoire, Didier Tenge te Litho posait les jalons d’une ville véritablement « Bopeto » et ce, en tant que pilier de l’opération « Kinshasa-Bopeto ».

Il en va sans dire que les bars, terrasses et même certaines églises dites de réveil, se distinguent par une sonorisation qui dépassent sensiblement les limites du dérangement. Cependant, le constat fait quelques jours après l’application « relative » de l’édit 005 du 9 octobre 2012 ainsi que de l’ordonnance loi du 31 mai 1975, fait mention d’un climat apaisé dans des nombreux coins de rues à travers la capitale politique de la RDC.

Pour rappel, en matière des tapages diurnes et nocturnes, l’édit 005 du 9 octobre 2012 sanctionne avec des amandes. Pour des personnes qui sont prises en flagrance, des amandes vont jusqu’à 300 000 FC et pour les récidives les amandes vont jusqu’à 1 millions des FC. L’ordonnance loi du 31 mai 1975 qui réglemente les heures de fermeture et d’ouverture des débits de boissons stipule que les heures d’ouverture de tout débit de boisson sont fixées de 18h à 23h de lundi à vendredi et de 18h à minuit le samedi et de 11h à minuit le dimanche et jours fériés légaux.

Cependant, il devient de plus en plus une habitude, que de voir des lois inexécutées ou presque. Cela est à la base de la léthargie observée par plus d’un kinois.

Jonathan SIVA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *