MINING INDABA 2020 : la RDC au centre du développement minier

Le Président de la République Démocratique du Congo, Félix-Antoine TSHISEKEDI, participera cette année à « Investing in African Mining Indaba », qui se tiendra au Cap Town le mois prochain. Il sera accompagné d’une importante délégation de la RDC, dont deux ministres à savoir celui de l’énergie et des hydrocarbures Eustache MUHANZI MUBEMBE ainsi que celui en charge des mines Willy KITOBO SAMSONI.
La forte présence du pays vise à positionner la RDC en tant que première destination d’investissement minier. Pour ce faire, le Chef de l’État s’adressera au public senior d’Indaba sur la scène principale le jour de son ouverture le 3 février.

Par ailleurs, la scène principale verra également une session Focus RDC qui examinera la montée du cobalt et comment la politique du gouvernement et le nouveau code minier positionnent le pays sous un jour positif en terme d’investissement.

« Le sommet intergouvernemental d’Indaba est une plateforme ouverte pour les ministres africains et les hauts responsables gouvernementaux du monde entier pour débattre des questions affectant le secteur minier et améliorer les relations commerciales et économiques bilatérales. Il est très excitant pour nous que la plateforme attire de tels hauts » a commenté le directeur du portefeuille d’Indaba, Simon Ford, dans un communiqué.

En tant que l’un des principaux sponsors gouvernementaux de l’événement, la RDC accueillera également son petit déjeuner annuel le 6 février pendant lequel une conversation approfondie aura lieu sur les derniers développements miniers dans le pays. Les principaux acteurs des secteurs publics et privés se réuniront pour une conversation ouverte sur l’avenir de l’exploitation minière en RDC.

Sur ce, une recherche publiée l’année dernière par IJGlobal révèle que la valeur des prêts provenant du financement chinois de projets énergétiques et d’infrastructures en Afrique a presque triplé entre 2016 et 2017, passant de 3 milliards de dollars à 8,8 milliards de dollars. Dans le seul secteur minier, entre 2005 et 2017, la Chine a investi 58 milliards de dollars et continue d’être un investisseur de premier plan dans l’industrie minière mondiale. L’acceptation par la Chine des risques politiques et sécuritaires, ainsi que sa volonté de consolider ses opérations dans la croissance de l’industrie locale ont permis à la Chine de s’implanter sur des marchés complexes des ressources naturelles.

Un exemple peut être vu dans ses acquisitions dans les ressources vitales de cobalt de la RDC, où la Chine contrôle désormais sept des plus grandes mines de la RDC et dans le processus, détient plus de la moitié des approvisionnements en cobalt de la RDC. Près de trois quarts de cette ressource de plus en plus prisée dans le monde est extrait en RDC et est considérée comme un élément essentiel des piles au lithium avec le nickel et le manganèse. De ce fait, le cobalt constitue la suspension de la cathode de la pile à partir de laquelle l’électricité est générée.

Ali MALIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *