La moto devient le moyen de transport le plus utilisé à Kinshasa

Des embouteillages monstres deviennent le pain quotidien de la population kinoise. C’est à se demander si la police de circulation routière est en vacance. A bien y voir, la réponse est négative. 

Qu’est-ce qui explique ces embouteillages journaliers un peu partout à Kinshasa ? Cet article ne sait expliquer cela. Cependant, le chauffeur kinois n’est pas innocent de la réalité routière actuelle. 

Par ci un chauffeur qui cherche des passagers et s’arrête en plein milieu de route, par là un autre qui discute avec un collègue chauffeur sans être inquiété par qui que ce soit…

Pour combler le tout, certains roulages qui occasionnent même des embouteillages en vue de créer quelque incident aux dépens de chauffeurs devenus leur première source de revenue. 

A quelque chose malheur est bon, les motocyclistes semblent avoir tiré profit de cette calamité. Les tarifs ont doublé. Ils appliquent l’une de plus vielles lois du commerce, celle de l’offre et de la demande. 

Pourtant, d’aucuns présageaient déjà des artères plus fluides surtout avec l’inauguration des sauts-de-mouton et la mise en circulation d’une centaine de nouveaux bus Transco. Sur terrain, la réalité est infernale. 

Reste plus qu’à espérer la fin imminente de ce scénario devenu coutume. Cela avec la prise de conscience de chacun. 

GREEN RDC 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *