Journée Mondiale de l’Habitat : Pius Muabilu sensibilise les congolais sur la gestion durable des déchets


INFO / mardi, octobre 8th, 2019

Les Nations Unies ont proclamé le premier Lundi d’Octobre de chaque année, « Journée Mondiale de l’Habitat ». L’objectif de cette journée vise à transformer les villes et les établissements humains, afin qu’ils ne laissent personne et aucun endroit derrière eux et d’attirer l’attention sur le rôle des villes comme moteur de croissance et faire comprendre que, lorsqu’elles sont bien planifiées, les villes peuvent permettre aux habitants d’aujourd’hui comme de demain, à s’épanouir.

Le thème principal de cette année s’intitule «Technologies de pointe, un outil pour transformer les déchets en richesse». En République démocratique du Congo, le sous-thème choisi est «VILLES BOPETO, VILLES PROPRES».

Le ministre de l’Urbanisme et Habitat, Pius Muabilu, pense que ce sont des thèmes appropriés en cette période où le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi tient à faire de la décentralisation des villes et établissements humains, son leitmotiv de travail.

Plus Muabilu, Ministre de l’urbanisme et Habitat

A l’occasion de cette journée, ‘’il y a lieu de sensibiliser tous les congolais sur les défis de la gestion des déchets solides municipaux et lancer des activités d’assainissement et de salubrité‘’, a-t-il déclaré, dans une adresse publique.

La sensibilisation dont il est question s’adressera principalement aux collectivités locales et fera la promotion du « Cadre de gestion intégrée durable des déchets », plus concrètement l’amélioration de la collecte et du traitement des déchets ainsi que la participation des parties prenantes.

Pius Muabilu précise que la campagne soulignera la nécessité pour les Villes, de prendre en compte tous les aspects de la gestion durable des déchets, mais également des approches innovantes, si elles veulent transformer les déchets en richesse et évoluer vers une économie circulaire.

‘’Transformer les déchets en richesse dans ce contexte, permettra d’économiser de l’argent en réfléchissant sur ce que nous considérons comme des déchets et ce que nous produisons. De cette façon, il conviendra de refuser la production et l’utilisation d’articles à usage unique, en réutilisant les matériaux et l’eau, en réduisant la production de déchets et en recyclant des déchets inévitables‘’, a relevé le ministre.

Pour ce faire, l’atteinte de ce noble objectif requiert de la République Démocratique du Congo, la mobilisation de toutes les énergies de ses partenaires en vue de contribuer de manière significative, à l’action visant à repenser positivement les déchets. ‘’C’est à ce titre que j’invite mes compatriotes au changement de mentalités et faire de ces déchets une ressource précieuse et à entreprendre des recherches sur les nouvelles technologies de pointe susceptibles d’améliorer considérablement la gestion actuelle de déchets‘’.

Les objectifs du développement durable

Par ailleurs, l’étude de 2018 sur la situation économique et sociale dans le monde révèle que les technologies de pointe offrent d’immenses possibilités d’améliorer la façon dont les gens travaillent et vivent, ainsi que d’accélérer considérablement les efforts pour atteindre les objectifs du développement durable et faire face aux changements climatiques.

Les technologies d’avant-garde telles que la robotique et les technologies des énergies renouvelables peuvent transformer les sphères sociales, économiques et environnementales, car elles offrent le potentiel de solutions meilleures, moins chères et plus rapides.

Aussi, le Nouveau Programme pour les Villes, adopté en 2016, appelle à renforcer la coopération et l’échange de connaissances sur la science, la technologie et l’innovation, qui influenceront le développement des zones urbaines actuelles et futures dans le monde.

Il est regrettable de constater que les Villes de la République Démocratique du Congo produisent environ Un milliards de tonnes de déchets par an et peinent à répondre aux exigences de base en matière de gestion des déchets.

Cependant, les municipalités du pays consacrent en moyenne 5% de leur budget à la gestion des déchets solides et moins de 3% à l’assainissement.

’Il va de soi que cela ne suffit pas pour financer les systèmes de gestion de base des déchets et de l’assainissement, alors que les utilisateurs sont souvent incapables ou peu disposés à payer pour les services de gestion de déchets fournis‘’, explique le patron de l’Urbanisme.

Aujourd’hui, l’absence d’une gestion adéquate des déchets a entrainé une pollution excessive de l’air, du sol et de l’eau, menaçant la santé publique, les écosystèmes, la biodiversité, ainsi que l’accumulation d’immenses quantités de déchets dans les océans du monde. Toutefois, bien que souvent considérée comme problème, la gestion durable des déchets présente également des opportunités.

Selon le numéro Un de l’Urbanisme en RDC, en innovant dans la gestion des déchets, en repensant, refusant, réduisant, réutilisant et recyclant ces déchets, les villes peuvent non seulement relever le défi de l’amélioration de nos habitats, mais aussi créer des emplois, promouvoir la croissance économique, améliorer la santé et les écosystèmes. Ce qui contribue à rendre les villes plus heureuses, plus écologiques et plus saines.

BOBO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *