Énergie : AVZ Minerals veut redynamiser la centrale hydroélectrique de Mpiana-Mwanga

Le Ministère des Ressources hydrauliques et de l’énergie avait signé un protocole d’accord avec AVZ Minerals, en République Démocratique du Congo, pour enquêter sur la remise en état de l’hydroélectricité de la centrale électrique de Mpiana-Mwanga sur la rivière Luvua, ainsi que les réseaux électriques associés.

AVZ Minerals espère acquérir un bail à long terme 100% exclusif pour réhabiliter la centrale électrique, avec des études de faisabilité de redémarrage suggérant quelques 54 MW d’électricité pourraient être générés. Ce qui serait suffisant pour alimenter le site de la ville de Manono et le camp minier voisin, ainsi que les infrastructures associées, toute future expansion du site minier, y compris une usine d’hydroxyde de 25 000 t/à.

« Nous travaillons depuis plusieurs mois à la sécurisation de cette opportunité et nous considérons que la réhabilitation de la centrale électrique de Mpiana-Mwanga est une avancée majeure pour l’entreprise. Le contrôle de la remise à neuf de la centrale hydroélectrique permet à la société de développer la centrale hydroélectrique en phases qui correspondent au programme d’expansion de la mine d’AVZ, la première phase fournissant environ 18 MW d’électricité à partir de deux turbines » a déclaré Nigel Ferguson, Directeur générale d’AVZ Minerals.

Par ailleurs, le responsable de cette structure note que d’un point de vue économique, AVZ était susceptible de générer d’importantes économies à plus long terme en générant sa propre électricité à environ 3c à 4c par kWh, par opposition à l’utilisation des générateurs diesel à environ 42c/kWh. « En fin de compte, l’électricité produite par la centrale pourrait être utilisée pour faire fonctionner tous nos équipements miniers, faisant du projet de lithium et d’étain Manono une mine 100% verte, ainsi que pour fournir suffisamment d’électricité capable d’alimenter l’ensemble du site de la ville Manono et de réhabiliter les réseaux électriques associés dans le territoire de Manono » conclut-il.

Somme toute, une étude exploratoire à Manono a estimé qu’une opération de cinq millions de tonnes par an pourrait fournir quelque 1,1 million de tonnes par an de concentré de lithium sur une durée de vie de 20 ans, pour un coût en capital compris entre 380 et 400 millions de dollars américains. L’étude de cadrage a estimé un montant avant impôt d’une valeur actuelle nette d’environ 2,6 milliards de dollars avec un taux de rendement interne de plus de 64%.

Ali MALIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *