Emmanuel de Mérode, le Gardien du Parc National de Virunga


ACTUALITÉ / jeudi, novembre 7th, 2019

Docteur anthropologue et primatologue, ce descendant de famille princière belge, dont les parents sont propriétaires du château de Serrant, est à la tête des 8 000 km du plus important et plus ancien parc national d’Afrique.

Situé au Kivu, zone déchirée par 10 ans de conflits armés, d’une grande richesse en diversité et animaux, notamment les gorilles des montagnes, les éléphants, le Prince Emmanuel de Mérode a expliqué lors d’une conférence à l’Université Catholique de l’Ouest (Belgique) comment, avec l’hydroélectricité et l’écotourisme, il a créé une économie alternative facteur de paix, pour contrer l’exploitation illégale du parc, par les milices armées, des braconniers ainsi que de l’exploitation des terres fertiles du Parc rchestrée par la population.

Dans sa lutte de chaque matin, le noble de la Belgique a failli perdre sa vie à plusieurs reprises, et en garde des cicatrices ad vitam aeternam dûes aux blessures par balles en 2014 lors d’une embuscade.

Cependant, le Parc de Virunga se maintient entre deux extrêmes, d’une part une richesse naturelle et d’autre part une pauvreté économique. Ce qui en fait une cible pour ceux qui cherchent à tirer profit de ses ressources par les trafics illégaux de charbon de bois et le braconnage.

En outre, des nombreuses règles interdisent l’exploitation des richesses naturelles du Parc. Une interdiction perçue comme une injustice au sein de la population locale. Nous avons un héritage au niveau de la conservation qui n’est pas facile à gérer.

Pour rappel, ce parc créé il y a un siècle jouit d’une règlementation obsolète face aux enjeux actuels. C’est un problème que rencontrent quatre millions de personnes vivant à moins d’une journée de marche du Parc, qui ne peuvent pas accéder à cet énorme espace de terres extrêmement riches, alors qu’ils n’ont pas de quoi mettre sous la dent.

Dans l’optique d’une amélioration de la situation socioéconomique des populations locales, un partenariat entre l’Alliance Virunga et Ores avait vu le jour en vue de favoriser une franche collaboration de la population pour dénoncer les groupes armés.

De ce partenariat résulte la création d’une industrie hydroélectrique qui profite sans conteste au développement des communautés locales.

Le Parc de Virunga, classé parmi les sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO, signifie que c’est une richesse pour le bénéfice de l’humanité. Mais il faut reconnaître que cela a un coût. Et que le fait que ce coût soit entièrement imposé à la population locale, qui est l’une des populations les plus pauvres de la planète, est totalement inacceptable.

C’est pour cela le projet d’électrification est si importante, permettant d’imaginer le Parc comme moteur d’une nouvelle économie, sans pour autant détruire les terres.

Ali MALIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *