A.N : Chez Mboso, les gestionnaires des parcs évoquent le développement économique et l’insécurité

Après avoir conféré avec le bureau de la commission de l’Environnement, Tourisme, Ressources naturelles et Développement durable (ETRNDD), M. François-Xavier de Donnea, président de la fondation Virunga et président du Conseil d’administration du parc national de la Garamba, accompagné du directeur du parc national des Virunga, a été reçu ce 07 mai, en audience par le président de l’assemblée nationale, Christophe Mboso.

Au sortir de l’audience, le PCA du parc de la Garamba a circonscrit la visite dans son contexte en ces termes : « Nous sommes venus expliquer nos stratégies et le progrès que nous avons réalisé. Je pense que les deux parcs Garamba et Virunga sont des facteurs de développement économiques importants, indépendamment de leur rôle dans la conservation de la nature, mais aussi surtout ce sont des facteurs de stabilité et de lutte contre l’insécurité autour du parc des Virunga causée par de groupes armés qui sévissent, notamment les FDLR, les Maï-Maï ou les ADF-Nalu ».

Pour M. Donnea, il était important que des contacts aient lieu entre les responsables des parcs nationaux et le Parlement pour informer correctement et, de façon transparente, les parlementaires.

De son côté, le député national François Nzekuye, président la commission ETRNDD, s’est dit heureux de recevoir le rapport des gestionnaires des parcs nationaux, surtout que le parc national des Virunga fait partie du patrimoine universel. 

A lui d’ajouter ceci « autour de ce parc vivent environ cinq millions de personnes qui, faute d’avoir des moyens compensatoires de survie, notamment la chauffe, sont souvent obligés de faire recours à la coupe du bois dans le parc national des Virunga, ce qui met en péril la préservation de ce parc ».

Pour pallier cette situation la fondation Virunga a construit un. ensemble de centrales hydroélectriques qui devront représenter une puissance de 105 mégawatts, ce qui permet d’encourager les PME à développer des activités de transformation des produits agricoles, donnant ainsi de la valeur ajoutée et procurant une activité à la population riveraine. « Cela permettra aussi à la population locale d’utiliser l’énergie hydroélectrique plutôt que les bois de chauffe pour s’éclairer, se réchauffer et s’alimenter » a renchéri le président de la Commission parlementaire. 

Par ailleurs, le député a également affirmé son soutien à la fondation Virunga pour toutes ses activités et formulé des suggestions pour améliorer ce que fait la fondation dans les parcs nationaux.

Rappelons que la fondation va œuvrer dans le parc national des Virunga jusqu’en 2040 et à partir de 2025 pour le parc de la Garamba. 

GREEN RDC 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *