Environnement-RDC : Le Premier ministre Sylvestre Ilunga place le réchauffement climatique et le développement durable dans les dix premiers piliers de son programme

Jonathan Siva

C’est dans la soirée du Mardi 3 Septembre, que le premier ministre congolais, Sylvestre Ilunga Ilunkamba a présenté son programme au palais de la nation plaçant la question climatique parmi les Top dix des priorités. 

En effet, c’est en face des 352 parlementaires que le patron de l’Exécutif a présenté le programme de son mandat. Avec des nombreux plans d’actions notamment dans l’instauration des budgets programmes dans les ministères, l’opérationnalisation de la gratuité de l’enseignement de base dans les écoles publiques, la finalisation du cycle électoral, la création d’une juridiction de lutte contre la corruption, des moyens aux forces de défense et de sécurité, l’environnement n’est pas resté en laisse. 

In expressis verbis, le Premier ministre a mentionné le cinquième pilier de son programme qui table sur « l’Amélioration de la gouvernance dans la gestion des ressources naturelles, ... » et le dixième axe dudit programme qui penche sur la « lutte contre le changement climatique et création des conditions d’un développement durable ».  Le Premier des ministres sous Félix Tshisekedi, envisage se pencher sur la gestion des ressources naturelles, la faune, la flore, ainsi que la gestion des tourbières en RDC afin de contribuer à booster le développement économique du pays. 

Rebondissant sur ces points, le député national Didace Pembe a émis le vœu d’évaluer les actions antérieures entreprises dans le secteur de l’environnement, afin de peser les pour et les contre des résultats des initiatives déjà menées. Ce locataire quinquennal au temple de la démocratie estime que les projets environnementaux auxquels le Congo-Kinshasa a suscrit jusqu’à présent, n’atteignent pas la compensation financière attendue.

Par ailleurs, ce parlementaire souhaite que le pays de Lumumba fasse « front commun » avec les pays tels que le Brésil et l’Indonesie afin de planifier une riposte de taille contre le réchauffement climatique.

Cependant, ces angles ici présentés dans le discours du Professeur Sylvestre Ilunga Ilunkamba ne brillent pas par la nouveauté. Il faudra penser effectivement lier la parole à l’acte surtout dans le domaine de l’environnement, car au vu de la santé climatique mondiale, la RDC est la terre de tous les enjeux écologiques. 

Jonathan SIVA 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

La CAFI mobilise 65 Millions de dollars USD pour la forêt du Congo-Brazzaville

Forêt tropicale du Congo-Brazzaville