Développement rural : Les experts du PROADER entendent optimiser l’économie rurale en RDC

Jonathan Siva

Le Projet d’Appui au Développement Intégré de l’Economie Rurale (PROADER), est une initiative soutenue par la RDC en son ministère ayant le développement rural dans ses attributions, ainsi que la Banque africaine de Développement. 

Ce projet vise à booster l’économie nationale en mettant les paysans dans les conditions favorables à une meilleure productivité. Ce travail passe notamment par une récolte des desiderata des paysans. 

Pour lier la parole à l’acte, du 18 Juillet au 8 Août dernier, une équipe de la BAD a touché le sol du pays d’Etienne Tshisekedi, pour évaluer ensemble avec les experts de Congo-kinshasa en matière du développement rural, les secteurs à promouvoir dans l’optique du projet. C’est ainsi que la province de Kasaï-Oriental, riche de ses terres arables, a connu la visite de cette commission envoyée par le Secrétaire général au Développement Rural et Président du Comité de Pilotage, l’ingénieur Georges Koshi Gimeya.

Joseph Muamba Lubemba, Carol Nzore Mozunge, junior Gimeya Gakadila en provenance de Kinshasa et Albet MPOIE et Albert Kasonga de Mbujimayi sont les experts de l’administration du Développement Rural qui ont effectué cette mission d’évaluation du Projet PROADER dans la province du Kasaï-oriental. 

Outre les experts susmentionnés, PROADER inclut notamment les inspecteurs provinciaux de l’agriculture et du développement rural ainsi que les acteurs de la société civile du Kasaï-orientale. 

Par ailleurs, dans cette province ayant pour chef-lieu Mbujimayi, seuls les secteurs des territoires de Kabeya Kamwanga et Tshilenge constituent la zone d’intervention. C’est précisément à Mbujimayi que sera installée l’antenne du PROADER pour l’espace grand Kasai. 

Parmi les problèmes récurrents que rencontrent les experts, il y’a la difficulté d’exporter les produits en dehors des provinces de production faute des infrastructures routières. Par ailleurs, La pénurie accrue d’eau potable dans certains coins du pays constitue le moteur du freinage du développement en RDC.

Le comité des spécialistes qui ont mené ces études, promettent de faire le pont entre les besoins des paysans-producteurs et les autorités compétentes. 

Jonathan SIVA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Environnement : La CITES prône une protection renforcée des espèces sauvages menacées

Réviser en dix jours à peine, la liste des 36 000 espèces sauvages régies par la CITES, c’est peu dire mais le chantier était colossal. Les pays du monde entier ont consenti à une protection renforcée et un commerce plus durable des animaux et des plantes à travers le monde, […]