EBOLA : deux traitements de l’espoir ?

Rédaction

Les scientifiques peuvent caresser l’espoir d’un remède au virus Ebola, deux médicaments ayant augmenté le taux de suivie des patients dans le cadre d’un essai clinique en République Démocratique du Congo, ont annoncé lundi les autorités sanitaires, qui ont financé l’étude.
Bien qu’encore à l‘étape expérimentale, le REGN-EB3 et le mAb114 augmenteraient des chances de survie des personnes atteintes d’Ebola… Mieux que les traitements utilisés antérieurement. Des scientifiques semblent déjà optimistes et formels.

Résultats d’une étude menée par les Instituts nationaux de santé américains (NIH) et le laboratoire de l’Institut National des Recherches Biomédicales (INRB), le REGN-EB3 et le mAb114 auraient augmenté le taux de survie des patients dans le cadre d’essais cliniques. Exploit que des produits antérieurs comme le Zmapp n’ont pas encore réalisé.
« Les résultats préliminaires des 499 participants ont montré que les individus recevant (les traitements) REGN-EB3 ou mAb114 ont une plus grande chance de survie par rapport aux participants des deux autres branches de l‘étude « , ont déclaré lundi des membres de l‘étude cités dans le journal The Guardian.

Et face à une telle prouesse, l’optimisme doit dicter sa loi dans la communauté scientifique. « Nous avons deux molécules qui sont très efficaces et peuvent guérir rapidement. Il s’agit de mAb114 et le REGN-EB3, ce sont là les deux molécules qui seront désormais utilisées parce que d’après les études et les résultats que nous avons obtenus au laboratoire, ce sont ces deux molécules qui sont efficaces », selon le docteur Jean-Jacques Muyembe, coordonnateur national de la Riposte et secrétaire du comité multi sectoriel.

« Plus nous en apprenons sur ces deux traitements, et la façon dont ils peuvent compléter la réponse sanitaire des autorités, dont la vaccination et la recherche des personnes ayant été en contact (avec les patients malades), plus nous nous rapprochons de la possibilité de faire passer Ebola d’une maladie terrifiante à une maladie évitable et guérissable », a estimé Jeremy Farrar, directeur de la fondation britannique Welcome Trust
Déclarée en août 2018, l‘épidémie d’Ebola a déjà tué plus de 1800 personnes sur plus de 2500 cas à l’est de la RDC.

En cas d’homologation après analyse définitive du REGN-EB3 et du mAb114 en septembre, l’humanité aura réalisé un gros coup scientifique de grande, et même portée médicale que la découverte en 1921 du vaccin contre la tuberculose.


ALI MALIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Climat : bientôt le monde sens dessus dessous ?

Depuis quelques temps, la nature prouve à l’Homme qu’une allumette est dispensable pour créer un incendie hors du commun. A la seule teneur du Soleil, les forêts s’embrasent. En effet, le réchauffement climatique fait la Une dans de nombreux pays à travers le monde. La croissance incontrôlée de la température […]