SANTÉ : Le Royaume-Uni appelle la communauté internationale à la mobilisation contre maladie à virus Ebola

Rédaction

Le Royaume-Uni par le biais de son ambassade en RDC met en exergue le risque de propagation, le besoin de mieux appuyer les communautés, renforcer les services de santé et une préparation efficace. En appelant à d’autres pays de fournir un soutien financier plus important et de collaborer avec les Nations-Unies, l’Organisation mondiale de la santé ( OMS ) et le gouvernement congolais pour lutter contre Ebola dans la région après le début de l’épidémie actuelle.

Mr Alok Sharma, le ministre britannique du développement international et chargé du déploiement d’une équipe d’experts d’appui rapide en matière de santé publique ( UK Public Health Rapid Support ) a déclaré dans un communiqué, ce qui suit :  » Ebola a déjà arraché beaucoup trop de vies en République Démocratique du Congo. Il a anéanti, horriblement, des familles entières et, un an après le début de l’épidémie, il ne montre aucun signe de ralentissement. Le Royaume-Uni a ouvert la voie en s’attaquant à cette maladie mortelle et nous pouvons être fiers de notre soutien à la création d’un vaccin anti-Ebola qui sauve des vies et qui a déjà vacciné 180.000 personnes. Des maladies comme Ebola ne respectent pas les frontières. Cela pourrait se propager au-delà de la RDC. Il est essentiel que le reste de la communauté internationale se mobilise pour apporter son aide. Si nous n’agissons pas maintenant, des milliers d’autres vies pourront être perdues ».

Le Royaume-Uni est toujours à l’avant garde de la lutte contre l’épidémie, notamment en finançant un vaccin permettant de sauver des vies, à œuvrer de manière à mobiliser les communautés et à former les agents de santé locaux. Un soutien qui a servi directement à vacciner plus de 180.000 personnes en RDC, qui s’est avéré efficace à 97% chez les personnes à risque, y compris les agents de santé; procéder à des inhumations sécurisées et dignes pour permettre aux familles d’enterrer leurs proches sans être elles-mêmes infectées; dépister le virus Ebola aux postes frontaliers, y compris les contrôles de température pour le pays voisins de la RDC tels que le Rwanda, l’Ouganda, le Sud-Soudan et le Burundi ; former et vacciner les agents de santé en Ouganda où trois personnes atteintes du virus Ebola ont d’abord été amenées dans un centre de traitement financé par UKAID.

La préparation et l’action rapide ont empêché la propagation de l’infection, l’appui à la formation des agents de santé au Rwanda, planifier la vaccination et dépister aux frontières du Rwanda ; le soutien à l’installation d’un centre de dépistage du virus Ebola à l’aéroport de Juba, au Sud-Soudan, et doter l’aéroport en équipement pour l’assainissement ; le déploiement d’un expert humanitaire qu’il a financé au Burundi pour soutenir la préparation et coordonner le soutien du Royaume-Uni.

Au cours des six derniers mois, le nombre de cas a augmenté de manière spectaculaire et les conflits continuent d’empêcher les agents de santé d’aller vers les plus nécessiteux.

Somme toute, le Royaume-Uni use des connaissances acquises lors de l’épidémie de 2014 en Sierra Léone pour renforcer sa réponse en RDC et encourager une réponse conduite par la communauté. Ce qui a permis de voir une sensibilisation accrue et une formation développées avec les communautés locales, en particulier les femmes qui sont plus susceptibles de contracter la maladie en raison de leur rôle de dispensatrices de soins primaires. D’où, de nombreuses femmes survivantes s’occupent de bébés et de jeunes enfants dont les parents sont traités d’Ebola et d’orphelins dont les parents sont décédés des suites du virus.


ALI MALIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

JIPA 2019: LINAPYCO et UNESCO veulent valoriser les langues des peuples autochtones en Afrique centrale

La journée internationale des peuples autochtones (JIPA), est célébrée ce 9 août. Et en marge de cette célébration, sous les thème « Année internationale des langues autochtones », les organisateurs ont organisé un point de presse pour le lancement des activités du mois dédié aux peuples autochtones. Au cours de ce point […]