‘’Kinshasa Bopeto’’ : Gentiny Ngobila rétrocède 16 millions de Francs congolais à chaque bourgmestre

Rédaction

L’opération «Kinshasa Bopeto» ne sera pas un mirage pour le Gouverneur de la Ville-province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka. Elle sera  officiellement lancée le 3 août prochain, et le Gouverneur de la ville de Kinshasa a réuni tous les bourgmestres des communes, le jeudi 4 juillet dans la salle polyvalente de l’hôtel de ville.
Il était  question pour Gentiny Ngobila, Autorité urbaine d’abord, d’accorder des moyens financiers en termes de rétrocession aux bourgmestres, ensuite leur donner des instructions relatives à l’utilisation de ces moyens quant à la mise en œuvre de l’opération «Kinshasa Bopeto».

En clair, chaque commune a bénéficié d’une rétrocession de 16 millions de Francs congolais. Quant au volet instructions, l’autorité urbaine a exigé la sensibilisation de la population pour qu’elle comprenne le bien-fondé de mettre la propreté dans la ville. Gentiny Ngobila Mbaka a également rappelé aux bourgmestres les instruments juridiques sur lesquels ils doivent se fonder pour mener ces actions. En outre, il a donné une vie nouvelle aux brigades d’assainissement et d’hygiène qui n’existaient que de nom, en optant pour le recrutement d’au moins 40 agents par commune devant composer ladite brigade. Par ailleurs, les bourgmestres ont reçu l’instruction de combattre le phénomène des enfants de la rue communément appelés «Shegués», ainsi que le phénomène Udjana.

Pour une seconde fois, le gouverneur de la ville a demandé à ses collaborateurs d’évacuer les grandes artères afin de combattre les marchés pirates. Des instructions relatives à la lutte contre la nuisance sonore causée très souvent par des églises, des bars et terrasses, ont aussi été données.  Pour cela, le gouverneur a rappelé les lois qui sont à la disposition des communes.

Concernant la salubrité, c’est l’édit portant mesures d’assainissement de la ville de Kinshasa. Là, lorsqu’on ne respecte pas la salubrité, cet édit prévoit des amandes ou la privation de la liberté pour n’avoir pas respecté les mesures d’assainissement.

La salubrité, selon le gouverneur de la ville, consiste aussi à lutter contre les tapages nocturnes et diurnes. « Il y a aussi un édit qui porte règlementation des nuisances sonores dans la ville de Kinshasa », a expliqué le bourgmestre de la commune de Limete, Douglas Nkulu, juriste de son état.

À ce propos, le gouverneur de la ville leur a rappelé que ces instruments juridiques sont en même temps des actes générateurs des recettes pour les communes, dans la mesure où ils prévoient non seulement des sanctions par les amandes mais aussi par la prison.


JN/Greenrdc.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Santé : maladie animalière, l’épizootie prend ses quartiers à Butembo

Depuis octobre dernier, la population de Butembo ne cesse d’alerter les autorités tant nationales qu’internationales sur une suite des morts inopinés et insolites des animaux domestiques dans cette ville du Nord-Kivu,  en République Démocratique du Congo. Avec l’épidémie d’Ebola fortement mortelle qui sévit dans cette partie du territoire Rd congolais, […]