SANTÉ : quand le doute réapparait dans les vaccins

Rédaction

La méfiance du public à l’égard des vaccins montre que le monde fait un pas en arrière dans la lutte contre les maladies infectieuses mortelles mais évitables.En RDC, les attitudes principalement des Kinois à l’égard de la vaccination démontre que la confiance est de plus en plus faible.

Pourquoi le vaccin est-il important ?

Il existe des preuves scientifiques qui prouvent à suffisance que la vaccination est notre meilleure défense contre les infections mortelles et débilitantes. Les vaccins protègent des milliards de personnes dans le monde. C’est grâce aux vaccins que la variole a été éradiquée et d’autres maladies sont en voie d’éradication comme la poliomyélite. Mais d’autres maladies durement combattues, comme la rougeole, font leur réapparition et les experts affirment que le fait d’éviter les vaccins, alimenté par la peur et la désinformation, en est une des causes principales.

Le docteur Bushiri Lambert, de la clinique universitaire de Lubumbashi, a déclaré que la situation actuelle s’avère d’extrême urgence.
« L’hésitation à l’égard d’un vaccin peut, du moins à certains endroits, entraver les progrès réels que le monde a accomplis dans la lutte contre les maladies évitables pour la vaccination. Toute résurgence de ces maladies est un pas en arrière inacceptables ».

À cause d’Internet, les croyances et les préoccupations au sujet des vaccins peuvent être partagées en un instant, diffusant des informations qui ne sont pas nécessairement fondées sur des faits.
L’un des moyens les plus efficaces pour contrer les doutes et les inquiétudes au sujet des vaccins est d’avoir des agents de santé vraiment bien formés, capables et prêts à recommander des vaccins basés sur la vérité scientifique, et capables de répondre correctement aux questions et préoccupations des parents et des communautés.


ALI MALIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Riposte contre EBOLA. "Que les politiques disent la vérité à la population et parlent le même langage avec les autorités sanitaires" [Dr. MUYEMBE]

« Nous pensons qu’il faut absolument que la population s’implique, que les politiciens du coin s’impliquent et parlent le même langage que l’autorité sanitaire », affirme le Dr Jean-Jacques Muyembe, directeur de l’Institut National de Recherche Biomédicale, INRB. Il estime que le principal obstacle à la riposte contre Ebola demeure le manque […]