JME: message d’A. Guterres aux gouvernements  » taxez la pollution, arrêtez de construire de nouvelles centrales à charbon. Il nous faut passer à une économie verte »

Rédaction

Le 5 juin de chaque année, le monde célèbre la journée mondiale de l’environnement (JME). Cette année, cette journée est célébrée sous le thème « la pollution atmosphérique ». 

C’est l’occasion pour le Secrétaire général des nations unies de conscientiser davantage les Chefs d’États et des gouvernements sur le danger que court la planète par la pollution. Selon António Guterres, la pollution de l’air entraine des problèmes graves de santé. Ce qui fait baisser l’espérance de vie et nuit à l’économie. Il ajoute que de nombreux polluants atmosphériques contribuent également au réchauffement climatique. Pour faire face à cela, il appelle aux engagements fermens des États, de passer à une économie verte en agissant de sorte que « nous puissions mieux respirer ».

Ces États devront désormais commencer par taxez la pollution, cessez de subventionner les combustibles fossiles et arrêtez de construire de nouvelles centrales à charbon. C’est cela faire la pression sur le monde politique et les entreprises. 

Le Secrétaire général des nations unies appelle également chacun d’humain à changer des habitudes afin de lutter contre cette pollution et contre le changement climatique.

GREENRDC

Message d’António Guterres, Secrétaire général de l’ONU


La Journée mondiale de l’environnement est l’occasion de mettre en lumière combien nous sommes toutes et tous tributaires de la nature et de la santé de notre planète.
Cette année, la Journée mondiale de l’environnement a pour thème la pollution atmosphérique. Partout dans le monde, les habitants des mégalopoles comme des petits villages respirent de l’air impur. Selon les estimations, neuf personnes sur dix sont exposées à des polluants atmosphériques qui ne sont pas conformes aux lignes directrices relatives à la qualité de l’air de l’Organisation mondiale de la Santé, ce qui fait baisser l’espérance de vie et nuit à l’économie.

Pour améliorer la qualité de l’air, nous devons savoir à qui nous avons affaire. 
Les décès et les maladies liés à la pollution atmosphérique ont pour origine de microparticules qui attaquent notre système immunitaire à chaque fois que nous inspirons. Ces particules proviennent de multiples sources : les combustibles fossiles utilisés pour la production d’énergie et les transports, les industries chimiques et minières, l’incinération de déchets à ciel ouvert, le brûlage de forêts et de champs et l’utilisation de combustibles de cuisson et de chauffage impropres, qui constituent des problèmes majeurs dans les pays en développement.

L’air pollué tue quelque sept millions de personnes chaque année, provoque des problèmes de santé chroniques, comme l’asthme, et nuit au développement cognitif des enfants. Selon la Banque mondiale, la pollution coûterait à la société plus de cinq billions de dollars par an.

De nombreux polluants atmosphériques contribuent également au réchauffement climatique. Le carbone noir en est un exemple. Généré par les moteurs diesel, l’incinération des déchets et les fourneaux polluants, il est extrêmement nocif lorsqu’il est ingéré. Réduire des émissions de ce type de polluants non seulement améliorerait la santé publique, mais aussi pourrait atténuer le réchauffement climatique d’autant que 0,5 degrés Celsius au cours des prochaines décennies.

La lutte contre la pollution atmosphérique permet de faire d’une pierre deux coups, de nombreuses initiatives ayant pour effet à la fois de purifier l’air et de réduire les émissions de gaz à effet de serre, telles que l’abandon progressif des centrales électriques à charbon et la promotion de combustibles moins polluants auprès des industries, des ménages et du secteur des transports. Les investissements dans les énergies renouvelables prenant chaque année un peu plus le pas sur les investissements dans les énergies fossiles, l’énergie propre et les modes de transport moins polluants gagnent du terrain, ce qui est bénéfique pour la planète.

C’est dans de telles initiatives, visant à améliorer la qualité de l’air et à lutter contre les changements climatiques, qu’il faut placer nos espoirs. Je prie donc instamment toutes les personnes qui participeront au Sommet sur l’action pour le climat, que je tiendrai en septembre, de s’inspirer de ces exemples. Rien ne justifie que la communauté internationale reste les bras croisés. Elle a déjà montré qu’elle était capable d’agir en adoptant le Protocole de Montréal : alors que des chercheurs avaient identifié une grave menace pour la santé publique et la planète, des gouvernements et des entreprises ont uni leurs efforts et sont parvenus à protéger la couche d’ozone.
Nous faisons aujourd’hui face à une crise tout aussi urgente.

Il est donc temps de passer à l’action. Mon message aux gouvernements est clair : taxez la pollution, cessez de subventionner les combustibles fossiles et arrêtez de construire de nouvelles centrales à charbon. Il nous faut passer à une économie verte.

En cette Journée mondiale de l’environnement, je prie chacun et chacune d’entre nous d’agir pour que nous puissions mieux respirer. Que ce soit en faisant pression sur le monde politique et les entreprises ou en changeant nos habitudes, nous pouvons réduire la pollution et contrer les changements climatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

JME 2019 : Des engagements oui, et après ?

Cette année, la journée mondiale de l’environnement, célébrée tous les 5 juin, avait comme thème : « La pollution de l’air ».À Kinshasa, il s’est déroulé le lancement de l’initiative « 1 milliard d’arbres pour le climat d’ici 2023 » axée sur la protection de l’environnement. Cette campagne était lancée par le gouvernement congolais, […]