Brazzaville: Du 4 au 6 juin, les coordonnateurs COMIFAC en atelier de renforcement des capacités en vue de mener efficacement leur mission

Rédaction

Il se tient depuis ce mardi 4 juin à Brazzaville, capitale de la République du Congo, le 9ème Atelier de concertation des Coordinations nationales COMIFAC (CNC), sur le suivi et la mise en œuvre du Plan de convergence. Cet atelier est organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui de la coopération allemande (GIZ).
Ces assises de 3 jours ont pour objectif d’améliorer les capacités et les performances des Coordinations Nationales COMIFAC dans la mise en œuvre de leur lettre de mission eu égard aux agendas nationaux, régionaux et internationaux dans le secteur forêts et environnement. C’est ce qu’a également rappelé le Directeur du programme GIZ appui à la COMIFAC. D’après M. Martial NKOLO, il est question de passer en revue la lettre de mission de coordination nationale COMIFAC sur la base des agendas nationaux et internationaux dans le secteur foret et environnement. Il a indiqué que le rôle des Coordinations nationales COMIFAC est perçu comme une  référence au niveau nationale dans la production des données COMIFAC et la mobilisation des contributions égalitaires des États qui sont instables et peinent à couvrir 50% de charge de fonctionnement de la COMIFAC. 

Selon les études, même si tous les États s’acquittent de leurs cotisations annuelles, la COMIFAC n’arriverait toujours pas à couvrir la totalité de ses charges de fonctionnement. « Ceci impose la recherche et la mise en oeuvre des options de financement durable », a-t-il dit avant de faire comprendre l’assistance que l’élaboration du plan d’affaire de la COMIFAC en cours est une impérieuse nécessité si la COMIFAC veut s’autofinancer. 
 » il n’est fait l’ombre d’aucun doute que les CNC joueront un rôle déterminant dans la mise en oeuvre de ce plan d’affaire afin de garantir une mise en oeuvre cohérente et structurée des grandes actions citées ci-haut », déclare Martial NKOLO. 
Il a ensuite fait savoir que la GIZ va continuer à apporter son soutien à la COMIFAC. « Malgré cet environnement difficile, la (Coopération Technique Allemande) GIZ restera fidèle à ses engagements pour une meilleure gestion durable des forets dans le bassin du Congo ». La GIZ va maintenir ses appuis à la COMIFAC jusqu’en juin 2022.

Prenant la parole en second lieu, le Secrétaire exécutif de la COMIFAC, M. Raymond NDOMBA NGOYE a exhorté les participants à formuler les recommandations pertinentes pour améliorer le fonctionnement et la performance des CNC. Il a ensuite rappelé les sujets qui seront à l’ordre des assises. Il s’agit notamment de l’évaluation et la révision de la lettre de mission des CNC, l’État d’avancement de la structuration des CNC dans chaque pays depuis la recommandation du conseil des ministres de Kigali de novembre 2016, l’État d’avancement des activités des groupes de travail thématique de la COMIFAC et des initiatives développées au niveau sous régional, la révision du cadre programmatique des CNC…

En dépit des efforts consentis, note-t-il, il existe des défis majeurs qui consistent à placer les CNC au corps du processus COMIFAC au niveau national et ce, à travers un meilleur ancrage institutionnelle, mais aussi d’approfondir la réflexion sur les stratégies visant à renforcer de manière pérenne leur capacité organisationnelle, structurelle et technique. 

C’est le Conseiller administratif et juridique, directeur du cabinet par intérim de la ministre de l’économie forestière de la République du Congo, représentant la ministre, M. Christophe Bienvenue BABALA qui a procédé à l’ouverture solennelle de ces travaux. Selon lui, les coordonnateurs COMIFAC ont besoin d’être mieux structurées en vue mener plus efficacement leur mission. Cet atelier va les aider à partager des expériences en matière de restructuration des coordinations nationales, valider les termes de référence relatives à la mise en place de la plate forme des points focaux thématiques autour des CNC, échanger et apporter les orientations sur le processus en cours de collecte des données des  indicateurs COMIFAC, évaluer et réviser la lettre de mission des CNC tenant compte de la nouvelles dynamique avec L’OFAC (cellule technique de la COMIFAC), faire le point sur les avancées significatives en cours…
Il précise que ce 9e atelier se tient dans un contexte où les forets du bassin du Congo sont en proie à des défis complexes de diversification des économies des pays membres de la COMIFAC, à travers la gestion concertée et le développement économique dans le bassin du Congo, avec une forte ambition d’émergence dans un horizon à moyen terme. 

Le bassin du Congo est le 2e plus grand bassin fluviale du monde. Il abrite une des forets tropicales dense la plus riche du monde en biodiversité. Ces forets offrent aux pays du bassin du Congo des nombreuses possibilités pour la réalisation des objectifs de développement durable (Odd).

La COMIFAC, c’est la Commission des forets de l’Afrique Centrale.

GREENRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

En marge de la JME, le CEEDD se lance le défis de planter 1 milliards d'arbres

Congo Éducation, environnement et développement durable (CEEDD) va célébrer la journée mondiale de l’environnement ce 5 juin par la plantation de 1 milliards d’arbres, après tous les 5 ans. Selon cette ONG, ce geste va contribuer dans la lutte contre le réchauffement climatique. Et d’après un volontaire à cette opération, il […]