Genève : les professionnels des médias appelés à s’investir dans la prévention et la réduction des risques de catastrophes

Rédaction

Il se tient du lundi 13 au vendredi 17 mai 2019 à Genève, en Suisse, la conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophes naturelles. C’est ce lundi qu’a eu lieu un Forum de discussion avec les radiodiffuseurs organisé par le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe et l’Union mondiale de la radiodiffusion. Il était question lors de ces assisses, d’inviter les médias, dans leur rôle primordial en tant que quatrième pouvoir, à s’investir de manière concrète dans la prévention des catastrophes, la réduction de risques liés à celles-ci, mais également à remplir leur mandat qui consiste à promouvoir le bien public.

Les professionnels des médias doivent se saisir de la panoplie des supports médiatiques pour innover, diffuser et informer les communautés sur les risques de catastrophes auxquels le monde est confronté, estime la représente spéciale du Secrétaire général de Nations unies. Ils sont également conviés à contribuer à l’élaboration de politiques pour faire face à cette situation. Cette séance de travail, témoigne Grégoire Ndjaka, directeur général de l’Union africaine de radiodiffusion (UAR), a permis de voir ce qui est fait dans le domaine de la réduction des risques de catastrophes et les nouveaux engagements que les médias doivent prendre pour sauver les vies des communautés.

L’objet de cette session était comment sensibiliser les médias sur cette question de risques et comment travailler avec eux pour qu’ils puissent mieux alerter les communautés vulnérables.

Parmi les difficultés relevées par les professionnels des médias au cours de cet échange, figure notamment l’accès aux sources crédibles d’information, la nécessité de mutualiser les efforts entre les médias et les organisations impliquées dans la recherche des solutions pour réduire les risques de catastrophes. ‘’Veillez à ce que l’infrastructure de communication essentielle alerte le public affecté, fournissez des informations pour aider les communautés à se préparer à survivre à une catastrophe et fournissez des informations exactes et à jour sur comment et où demander de l’aide en cas de catastrophe‘’, a recommandé Mami Mizutori.

DILA/Greenrdc.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

RDC : la société civile s’érige en garde-fou pour faciliter la vulgarisation et l’application du Code minier

C’est ce lundi 13 mai 2019 qu’a eu lieu le lancement de la campagne de vulgarisation la loi n 18/001 portant code minier et de ses mesures d’application. Mise en exergue par la coordination des actions de plaidoyer de la société civile pour la gouvernance des ressources naturelles en RDC, […]