Prise en charge des orphelins du Sida, un défi majeur à relever en RDC

Rédaction

Le monde entier célèbre chaque le 7 mai, la journée internationale des Orphelins du Sida. En République démocratique du Congo, cette journée mérite, bel et bien, l’attention de toute la communauté car, il existe plus de 500 000 personnes vivant avec le VIH SIDA, avec à peu près 22 000 cas de décès  enregistrés chaque année et de 200 000 à 300 000 enfants orphelins triment sans prise en charge adéquate.

Ces statistiques du Programme national multinational de lutte contre le SIDA (PNMLS) restent interpellatrices à l’endroit du gouvernement, des acteurs des Organisations non gouvernementales tant nationales qu’internationale. 

La prise en charge des orphelins du sida constitue un défi humanitaire, économique et social majeur. Les réinsérer dans la société leur permettra de ne plus être des proies faciles pour la délinquance, la prostitution, la drogue et la stigmatisation de tout genre. Quid de la journée Suite à la mort de leur fils au cours d’une mission héliportée au Mali Albina du Boisrouvray et Bruno Bagnoud ont fondé, en 1989, l’Association François-Xavier Bagnoud (AFXB) pour perpétuer l’idéal de compassion et de générosité qui guidait sa vie et poursuivre, dans des activités de développement, les missions de sauvetage qu’il pratiquait de son vivant.

Soutenir les orphelins La mission de l’AFXB est de lutter contre la pauvreté et le SIDA et de soutenir les orphelins et les enfants vulnérables que la pandémie laisse dans son sillage en militant pour leurs droits fondamentaux et en offrant un appui global aux familles et communautés qui les prennent en charge. L’AFXB retisse les liens qui se sont brisés autour d’eux pour leur assurer un futur décent. En mettant en place des programmes de développement communautaire durable, elle renforce les capacités des familles et des collectivités dévastées par la pauvreté et le SIDA afin qu’elles soient en mesure d’élever leurs orphelins et enfants vulnérables.

L’AFXB milite pour que les responsables politiques considèrent ces enfants largués comme une priorité et que des mesures urgentes soient prises pour les intégrer dans leur société globale.

NT/Greenrdc.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Au moins 680 espèces de vertébrés ont disparu depuis le 16ème siècle, selon le rapport de l’IPBES

La nature décline globalement à un rythme sans précédent dans l’histoire humaine, et le taux d’extinction des espèces s’accélère, provoquant des effets graves sur les populations humaines du monde entier. C’est ce qu’alerte l’IPBES dans son rapport dont le résumé a été approuvé lors de sa 7ème session plénière qui […]