Ebola : la situation épidémiologique du Nord-Kivu et de l’Ituri présentée en chiffres

Rédaction

Ce mardi 7 mai 2019, le Groupe stratégique consultatif d’experts (SAGE) de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié plusieurs recommandations pour adapter la stratégie de vaccination contre Ebola pour tenir compte de l’insécurité et du feedback communautaire. Ces recommandations incluent notamment, l’expansion de la population ciblée en ajoutant un vaccin expérimental supplémentaire fabriqué par l’entreprise Johnson & Johnson, ainsi que la plus grande utilisation de la vaccination pop-up et la vaccination géographique ciblée. Par ailleurs, il a été recommandé d’ajuster les doses de vaccin afin d’augmenter le nombre de personnes pouvant être vaccinées.

Actualités 

Pour ce qui est de la situation sécuritaire, les activités de riposte n’ont pas pu complètement reprendre ce mardi 7 mai 2019 à Butembo à cause d’une rumeur partagée sur les réseaux sociaux selon laquelle le véhicule d’une équipe de la riposte aurait renversé un motard qui serait décédé sur le coup. Cette rumeur ayant causé un risque de soulèvement de la population, les équipes de la riposte ont dû limiter leurs déplacements dans la ville ce mardi. Toutefois, à la fin de la journée, le président de l’ATAMOV, l’association des motards, a démenti cette rumeur. Un accident a bien eu lieu mais le conducteur de taxi moto n’est pas décédé et il a continué à travailler pendant la journée. Depuis le début du mois de mai, c’est le quatrième jour consécutif durant lequel les équipes n’ont pas été mesure de réaliser toutes les activités de riposte nécessaires à Butembo.

Une réunion s’est tenue ce mardi entre le comité urbain de sécurité de la ville et les conducteurs de taxi motos. Les motards ont avoué devant les membres du comité urbain de sécurité qu’ils sont infiltrés par des ennemis qui commettent des incidents en leur nom et que certains de leurs membres sont utilisés par des personnes malintentionnées pour déstabiliser la ville. Parmi les décisions prises, il y a notamment le recensement des tous les vrais taximen dès aujourd’hui.

Le comité urbain de sécurité a mis en garde les motards qui ont été prévenus que s’ils sont encore à la base d’incidents sécuritaires entravant la riposte contre Ebola, le comité sera forcé de prendre des mesures plus sévères à leur encontre. Le service de triage du centre hospitalier Sainte Famille Mukuna dans la zone de santé de Katwa a été incendié par des inciviques. Dans le cadre de l’épidémie d’Ebola, des triages ont été construits à l’entrée des principaux hôpitaux et centres de santé de la ville. Les triages sont des structures par lesquelles les patients voulant aller à l’hôpital doivent passer pour se désinfecter les mains et chaussures ainsi que prendre leur température.

Vaccination

Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 112.225 personnes ont été vaccinées, dont 30.432 à Katwa, 23.681 à Beni, 13.803 à Butembo, 7.202 à Mabalako, 5.218 à Mandima, 3.608 à Kalunguta, 3.070 à Goma, 2.879 à Komanda, 2.569 à Oicha, 1.980 à Kayna, 1.930 à Masereka, 1.915 à Vuhovi, 1.748 à Kyondo, 1.487 à Bunia, 1.372 à Lubero, 1.357 à Karisimbi, 1.197 à Musienene, 1.025 à Biena, 1.012 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 420 à Mambasa, 355 à Tchomia, 342 à Kirotshe, 333 à Lolwa, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.

Actuellement, la stratégie de vaccination géographique ciblée est la stratégie déjà utilisée par les vaccinateurs du Ministère de la Santé dans les zones non sécurisées tel que les villages contrôlés par les milices communautaires (Maï-Maï). La vaccination géographique ciblée, plus large que la vaccination en ceinture, consiste à vacciner plusieurs maisons autour d’un cas confirmé, voire tout un village ou quartier, lorsque les conditions sécuritaires ne permettent pas de faire les investigations nécessaires pour établir la liste des contacts.

A ce jour, les autorités congolaises habilitées, à savoir le comité scientifique, le comité éthique, le Programme Élargi de Vaccination ainsi que la Direction de la Pharmacie et du Médicament (DPM), n’ont pas approuvé l’utilisation d’un autre vaccin que le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck. Les autorités congolaises ont déjà reçu des demandes pour l’utilisation de trois autres vaccins dans le cadre de l’épidémie d’Ebola en cours. Les différentes demandes sont en cours d’analyse. Une analyse scientifique comparative de ces différents vaccins est nécessaire pour déterminer lequel sera le plus efficace pour limiter le nombre de victimes d’Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

En raison de la paralysie des activités de riposte à Butembo et les zones voisines depuis ce samedi 4 mai 2019, les chiffres présentés ci-dessous sont sous-évalués par rapport à la réalité du terrain.

NT/Greenrdc.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Avec des innovations satisfaisantes La Firme Bombardier présente son aéronef CRJ/900 aux autorités congolaises

C’est depuis vendredi 26 avril 2019 que la firme bombardier a procédé à la présentation   de son aéronef CRJ/900 à  Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo. C’est une manière pour cette firme  de montrer à ses potentiels clients les améliorations effectuées sur cet avion.   Plusieurs officiels congolais dont […]